• ALGERIE: A DECOUVRIR

    GENERALITES STATISTIQUES ET CHIFFRES CLE DE L'ALGERIE
    Tout connaître sur l'Algérie

    2 381 741 Km2, 4 fois la France - le pays se présente comme un immense désert Placée au coeur des grands moments qu'à connus la Méditerranée au cours de son histoire, l'Algérie a su trouver dans ses fils, depuis le royaume numide et l'épopée de l'Islam jusqu'aux guerres coloniales, les hérauts de la liberté, de l'unité et du progrès en même temps que les bâtisseurs d'Etats démocratiques et prospères dans les périodes de grandeur et de paix. 

    Le 1er Novembre 1954 aura été un des sommets de son destin. Aboutissement d'une longue résistance aux agressions menées contre sa culture, ses valeurs et les composantes fondamentales de son identité que sont l'Islam, l'Arabité et l'Amazighité.

    Le 1er Novembre aura solidement ancré les luttes présentes dans le passé glorieux de la Nation.

    L'Algérie du nord - moins de 1/6 du territoire - est formée de 3 zones parallèles au rivage, s'étalant du nord au sud :
    l'Atlas tellien, long de 1 000 km et large de 125 km, entre mer et hautes plaines, est composé des monts de Tlemcen, l'Ouarsenis, les monts du Sahel d'Alger, le massif du Djurdjura avec le Lalla Khadidja qui culmine à 2 308 mètres, les monts du Constantinois.

    Ces chaînes sont entrelacées et coupées de vallées et de plaines : plaine du Sig, vallée de l'oued Chélif, plaine de la Mitidja au sud d'Alger, plaine côtière d'Annaba drainée par l'oued Seybouse.les Hautes plaines de Sétif et de Constantine où coule le Rummel ; les Hauts plateaux, vastes zones steppiques qui présentent des dépressions comme celles des chotts el-Chergui et el-Hodna.enfin l'Atlas saharien formé lui aussi d'une succession de monts : massif des Ksours (1 200 mètres d'altitude), le Djebel Amour, les monts des Ouled Naïl (1 500 mètres), les Aurès, les Ziban.

    Ces reliefs dominent le Sahara, soit 2 millions de Km2 faits de vallées sèches telle que celle de l'oued Saoura, des immensités sablonneuses du Grand Erg occidental et du Grand Erg oriental, de plateaux comme le Tademaït, le Tas-sili, le Tanezrouft, de montagnes telle que le Hoggar, massif volcanique culminant au mont Tahat à 3 010 mètres

     

    CLIMAT

    Les aires climatiques sont très diversifiées et le climat varie du type méditerranéen au type saharien. Au nord, les hivers sont pluvieux et froids, les étés chauds et secs. Le climat, le long de la côte, est adouci par la présence de la mer.

    L'Est algérien est une région plus pluvieuse que l'Ouest, avec ses 2 mètres de pluie par an et des sommets enneigés d'octobre à juillet. 

    Le pied sud de l'Atlas tellien marque la limite du climat aride : sec et tropical, avec de grands écarts de températures en hiver : la température moyenne est de 36°C le jour et 5°C la nuit. 

    Le Nord, un pays de hautes terres

    Le Nord de l'Algérie est essentiellement méditérranéen avec un contrepoids continental, dû au barrage opposé par les chaînons côtiers aux influences maritimes. La combinaison des traits méditrranéens avec les caractéristiques continentales se developpe d'avantage au fur et à mesure que l'on avance à l'interieur des hautses terres. L'hiver y est alor rigoureux et l'été chaud et sec.

    Les pluies insuffisantes et irrégulièrement réparties son absente en été et assez fréquentes en hiver dans le Tell, et au printemps dans les hauts plateaux. Elle s sont abondantes dans le Tell oriental et dans les hautes plaines constantinois, tandis qu'elle sont plus rare au sud des Aurés, et dans les hautes plaines oranaises.

    Le Sud, un désert dominé par le Hoggar

    Les précipitations sont inférieure à 1500mm par an.

    Les températures sont très élevées le jour et très basses la nuit (0º) et l'aridité des sols est extrême.

    Mes amis algériens dans le monde et aussi maghrébins je vous présente un espace dédié a l’Algérie, pour mieux vous la faire connaître et je souhaiterai le dédierà un ami qui m’est très très chère et qui est au plus qu’un simple ami pour moi, je vais te faire découvrir ton pays a ma manière .

    Histoire de l'Algérie


     
    Avant l' avènement de l'Islam, la population berbère connaît les Carthaginois, les Grecs, les Romains, les Vandales et les Byzantins.
    647 Premières incursions arabes et islamisation du Maghréb.
    720 Révolte dans les Aurès (révolte de la Kahina).
    761 Ibn Rostem fonde le royaume de Tahert (Iadite).
    800-909 Royaume des Aghlabides.
    911 Destruction du royaume Iadite par les Fatimides.
    973 Les Fatimides confient le pouvoir à la tribu des Sanhaja (les Zirides).
    1152 Royaume des Almohades.
    1509 Prise d'Oran par les Espagnols.
    1514 Les frères Aroudj et Khayr ed-din (Barberousse) deviennent maîtres d'Alger.
    1518 Protectorat ottoman.
    1587 Transformation de l'Algérie en régence.
    1830 Début de la colonisation française.
    1839-1847 Résistance d'Abd el-Kader.
    1870 Révolte en Kabylie contre la présence française.
    1945 Manifestations nationalistes dans le constantinois.
    1954 (1er novembre) Déclenchement de la guerre d'indépendance par le Front de libération nationale (FLN).
    1962 (5 juillet) Indépendance.
    1962 (septembre) Election de Ahmed Ben Bella à la présidence de la République.
    1965 (19 juin) Renversement de Ben Bella par un conseil de la Révolution, présidé par Houari Boumédiene.
    1971 (février) Nationalisation du pétrole.
    1978 (27 décembre) Décès de Houari Boumédienne.
    1979 (7 février) Désignation de Chadli Bendjedid à la présidence de la République.
    1988 (octobre) Manifestations populaires (surtout des jeunes), réprimée violemment.
    1990 (12 juin) Elections municipales, victoire du FIS (Front islamique du salut).
    1991 (26 décembre) Premier tour des élections législatives, le FIS est en passe d'obtenir la majorité.
    1992 (janvier) Démission du Président Chadli Bendjedid, création d'un haut comité d'Etat (HCE). Les élections sont suspendues.
    1992 (4 mars) Dissolution du FIS, début des affrontements entre le pouvoir et les islamistes.
    1992 (29 juin) Assassinat du Président du HCE, Mohammed Boudiaf.
    1994 (31 janvier) Liamine Zeroual, présenté par le HCE, devient le chef de l'Etat. Fin du pouvoir du HCE.

     

    MONUMENTS ET HISTOIRE ET MOSQUEES EN ALGERIE

     Carrefour de trois mondes, Méditerranéen, Musulman et Africain, foyer d’art et de civilisation, l’Algérie est une terre d’accueil, de rencontres et d’échanges. Elle présente une gamme de régions et de villes variées et bien individualisées par leur milieu naturel, leur histoire et leur aspect civilisationnel
    La Grande mosquée de Telmcen : Située en plein centre ville, elle est remarquable par la régularité de ses proportions et l'imposante harmonie de l'ensemble. Huit portes y donnent accès.

    Elle occupé une superficie de 3.000 m2 environ et justifie son nom par l'importante étendue de ses constructions. ce fut Youcef Ibnou Tachfine, le fondateur de la dynastie Almoravide qui aurait construit vers 1102 un édifice d'une nudité ascétique et Ali Ben Youcef qui en 1136 agrandit la Mosquée, embellit le Minaret primitif, le Mihrab, la Net médiane et la Coupole en avant du Mihrab

    Oran est une ville algériennes les plus riches en vestiges historiques.Prospère sous les Almohades et les Ziyanides de Tlemcen, son port se partageait le trafic maritime avec Rachgoun et Honaïne. Elle fut occupée pendant près de trois cents ans par les Espagnols (expédition commandée par Pédro Navarro en 1509) dont l'influence est sensible sur certains monuments.

    En 1791, à la suite du terrible tremblement de terre (2.000 victimes) et des attaques du Bey de Mascara, le roi d'Espagne Charles Vl négocia avec le Dey d'Alger la reddition d'0ran.

    Une simple promenade dans la vielle ville suffit pour s'en convaincre : Espagnols, Turs ou Français les sites et monuments racontent, chacun à sa manière, une page de la longue et tumultueuse histoire d'Oran, née il y a onze siècles. Mosquée Ben Othman Mosquée du Pacha Sidi El Houari Cathédrale Synagogue on y trouve un peu de tout.

    Palais du Bey Oran: Ancienne résidence de la pluspart des six Beys qui se sont succédés à oran, le dernier étant le Bey Hassan.

    La demeure de Barberousse, aujourd'hui convertie en musée des Arts Populaires, et les autres palais de la Casbah rappellent le raffinement de leurs habitants. Ainsi que d'autres photos d'autre mosquées algériennes.
    La mosquée de Ketchaoua

    La Casbah. C’est, assiégée mais non investie par la ville moderne. l'Alger des XVI XVII et XVIII siècles : non pas une Alger de carton pâte pour films d'un romanesque douteux, mais celle des vieilles estampes et des peintures orientalistes authentiques, l'Alger telle que Charles Quint l'a aperçue avant de se faire reconduire à coups de boulets, ou telle que Hadj Ahmed Bey l'a fait représenter sur les murs de son palais de Constantine.

    Les remparts ont disparu, mais à quelque distance l'illusion est saisissante.

    A pénétrer dans le labyrinthe des ruelles, des escaliers, des impasses, des couloirs voûtés, le romantisme s'estompe. La vétuste d'un grand nombre d'édifices est visible et la vie moderne, si elle a apporté électricité et eau courante, laisse des scories
    Les terrases de la Casbah
    L'architecture de la casbah est représentée par les maisons et de charmantes villas d'aspect pittoresque, d'ordonnance logique, bien adaptées aux mœurs des habitants.

    L'élément essentiel en est le patio central carré, entouré de quatre galeries, sur lesquelles s'ouvrent autant de chambres larges et peut profondes.

    Ces maisons, à deux ou trois étages, sont couvertes de terrasses
    . 
    Constantine La vieille ville

    Des minarets et des porches aux déco rations polychromes signalent les édifices religieux. La plupart sont époque turque, à l'exception de la djemaa et Kebir (ou Grande Mosquée) qui fut édifiée au XIII siècle.

    A proximité, boulevard Larbi Ben M'Hidi, dominant la passerelle pour piétons, une ancienne medersa occupée par des bureaux de l'Université est ornée de carreaux de céramique polychromes.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :