• LES PROVINCES DE L'OUEST CAMEROUN

    LES BAMILEKES

    Un peuple courageux et fier!

    Les Bamilekes Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

    Le mot Bamiléké est d’origine récente. S’il désigne aujourd’hui certaines populations      des plateaux de l’Ouest du Cameroun, ce mot est encore inconnu avant l’arrivée des Européens dans cette région. De nos jours, certaines populations du groupe ethnique Bamiléké ne se reconnaissent pas sous cette étiquette, et « se désignent par le nom  de leur chefferie d’origine : on a ainsi les Bandjoun, Bayagam, Baham…

    Toutes ces populations n’ont pas un nom traditionnel commun par lequel elles se désignent toutes. C’est comme si elles n’avaient pas conscience d’appartenir à un groupe ethnique » (E.GHOMSI ,1972 :8)

    Ce mot est d’ailleurs si peu connu des autochtones qu’il n’est pas facile de dire qu’elle    est son origine. C’est L.GAY, qui, dans une correspondance à Mme DUGAST en France et datée du 29 Mars 1947 de Dschang,  « pense avoir déterminé exactement l’origine du mot Bamiléké. En dialecte Dschang, écrit-il, MBULEKE indique la position géographique du     pays compris entre les monts Bamboutos au Nord, Fongdonnera  à l’Ouest, Fontso-Fomepea au Sud, Bafoussam à l’Est. Cette cuvette(leke) se montre aux yeux du premier Allemand qui, venant de Bali par la montagne, la découvrit à ses pieds. L’interprète qui l’accompagnait la désigna sous l’appellation de Bamiléké (BA=les gens de) et (Leke=trou, bord de la falaise) »(cité par E.GHOMSI ,1972 :10)

    Si à l’origine, Bamiléké désigne les populations de la cuvette de Dschang, il va s’appliquer par la suite au groupe social installé « sur l’actuel plateau Bamiléké et dans les régions de Bamenda, Nkambé, Manfé, et Wum »(E.GHOMSI , 1972 :11)

    Le terme ˝GRASSFIELD˝ utilisé par les Anglais, recouvre d’ailleurs la même entité culturelle . Mais d’où vient-il ?

    L’origine des Bamiléké est assez mal connue. Parmi les hypothèses avancées par les historiens, E. GHOMSI (1972) note celle soutenue par les intellectuels Bamiléké . Ceux-ci , faisant une analyse comparative entre certains aspects des civilisations Bamiléké et Egyptienne, postulent que les Bamiléké seraient des descendants d’Egyptiens . « Leurs ancêtres auraient été chassés d’Egypte par les invasions indo-européennes qu’à connues l’Egypte pharaonique en même temps que les populations qui, à travers l’Afrique   Orientale, allaient donner naissance plus tard à la civilisation Pharaonique. » Les  populations Bamiléké auraient transité par le Soudan, le Tchad et l’Adamaoua.

    C’est sous la pression des Foulbé venus du nord qu’ils seraient descendus vers le Sud, au XVIIème siècle, sous l’appellation de NDOBO-TIKAR. Ils auraient occupé dans un premier temps , l’actuel pays Bamoun, ou ils fondèrent des villages comme NKOUPIT, FOLEPON, et KOUDEN. Après un long séjour dans cette région, les Bamiléké auraient été contraints      par les Bamoun venus eux aussi du pays TIKAR, à continuer l’émigration. Ils auraient alors franchi le Noun pour s’installer dans les Hauts plateaux, qu’ils occupent encore   aujourd’hui. L’installation se serait faite, d’après R.P. E. MVENG et D.BELING NKOUMBA (1983 :111-112) en cinq vagues successives :

    1.      Baleng, Badeng, Bapi, Bafoussam. Les Baleng auraient par la suite fondé Bandjoun, Bankassa et Balengou.

    2.      Bagam, Bamendou, Bansoa.

    3.      Les Bati, après leur traversée, sont repoussés    par les Bandjoun et errent longtemps chez les Bafoussam, les Baleng, les Bamenkombo, les Bafounda et les Batcham.

    4.      Les Bafamgwa, donc l’itinéraire n’est pas très clair, ont fondé Bangoua et Batoufam.

    5.      La dernière vague est constitué des Bamougoum, Bangam et Bandekop.

    Sous l’effet conjugué de la pression démographique, de la recherche de l’espace vital et de la révolte des descendants n’ayant pas succéder à leur père, ces chefferies originelles vont éclater en plusieurs autres. Le groupement Foto fait partie de ces chefferies de seconde génération.

     

      POUR EN SAVOIR PLUS VISITER CE TRES BEAU SITE:

    http://www.souvenirducameroun.com/productssimple13.html

    A une quinzaine de kilomètres de Bafoussam se trouve la chefferie de Bandjoun. On se trouve en pays Bamiléké. La chefferie est un domaine dans lequel se trouvent les cases des femmes, celle du chef, une forêt sacrée et la case principale (photo) où se tiennent les conseils des notables, où se rend la justice traditionnelle toujours d'application à l'heure actuelle

    Chefferie de Bandjoundétail d'un pilier.
     


  • Commentaires

    1
    alarson so'o
    Vendredi 27 Décembre 2013 à 21:09
    d'ou vienne vraiment les bamilékès ? du soudan , de l'egypte , la nubie . il ya tellement d'histoires que je ne comprend rien .aider -moi un peu
    2
    alarson so'o
    Vendredi 27 Décembre 2013 à 21:09
    d'ou vienne vraiment les bamilékès ? du soudan , de l'egypte , la nubie . il ya tellement d'histoires que je ne comprend rien .aider -moi un peu
    3
    Rhierry
    Mardi 14 Février à 20:37
    Eh bien malheureusement comme tu peux le voir il viennent d'Égypte et serait les baladins d'Égypte qui fuyerent leur région justement pour pas se faire islamisé
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :